#COVID-19 et obésité sévère : 7 fois plus de patients ventilés

Postado em

A imagem pode conter: planta, flor, céu, natureza e ar livre

Aude Lecrubier

 

 

Lille,France— Il devient de plus en plus clair que le surpoids est l’un des principaux facteurs de risque de complications du COVID-19, comme le montre une nouvelle étude française publiée dans la revue Obesity [1].

« Les patients COVID-19 que nous avons en réanimation ont un profil différent de ceux que nous voyons habituellement. Nous avons beaucoup plus de patients en surpoids (IMC>25) », commente le Pr Mercè Jourdain (Pôle réanimation, CHU de Lille) qui a participé à l’étude.

« Dans la cohorte de patients hospitalisés dans le pôle de réanimation du CHU de Lille en 2019, à peu près la moitié était en surpoids (IMC >25 kg / m²) alors que là, 85 % des patients COVID sont en surpoids. Enfin, les patients COVID sont beaucoup plus nombreux à avoir une obésité sévère (IMC>35) et l’obésité sévère est associée à une maladie plus grave », précise-t-elle à Medscape édition française.

Les patients COVID-19 que nous avons en réanimation ont un profil différent de ceux que nous voyons habituellement Pr Mercè Jourdain

Deux fois plus d’obésité, sept fois plus de ventilation en cas d’obésité sévère

Pour analyser les caractéristiques des patients Covid-19 admis en réanimation, le Dr Arthur Simonnet et coll. (Pôle de réanimation, CHU de Lille, France) ont analysé les données de 124 patients atteints de la maladie et admis en réanimation au CHU de Lille entre le 25 février et le 5 avril 2020. Ils les ont ensuite comparées à celles d’un groupe témoin de 306 patients admis en réanimation dans le même hôpital en 2019 pour des maladies respiratoires aiguës sévères non-liées au Covid.

Il en ressort qu’au 6 avril, 60 patients atteints de Covid -19 étaient sortis de réanimation, 18 étaient décédés et 46 étaient restés dans l’unité. La majorité (73%) était des hommes et leur âge médian était de 60 ans.

«  Il y a 70 % d’hommes pour 30 % de femmes alors que d’habitude nous sommes plutôt à part égale », souligne le Pr Jourdain.

Aussi, l’obésité et l’obésité sévère étaient significativement plus prévalentes chez les patients Covid-19 : 47,6% et 28,2%, respectivement versus 25,2% et 10,8% chez les patients témoins admis en réanimation en 2019 (P <0,001).

En outre, les patients Covid avec un IMC> 35 kg/m² avaient un risque sept fois plus élevé de nécessiter une ventilation mécanique (RR = 7,36; P = 0,021), par rapport à ceux avec un IMC <25 kg/m², et ce même après ajustement pour l’âge, le diabète et l’hypertension.

« Ces patients sont plus difficiles à prendre en charge mais nous n’avons pas de données indiquant qu’ils ont un moins bon pronostic en réanimation que les patients non-obèses », tempère toutefois le Pr Jourdain.

A la lumière de ces nouvelles données, les auteurs de l’étude indiquent que « les patients obèses devraient éviter toute contamination au Covid -19 en appliquant toutes les mesures de prévention pendant la pandémie actuelle », et soulignent que « les patients Covid-19 souffrant d’obésité sévère doivent être surveillés de plus près et protégés ».

Les patients Covid avec un IMC> 35 kg/m² avaient un risque sept fois plus élevé de nécessiter une ventilation mécanique.

Quels mécanismes possibles ?

A ce jour les mécanismes expliquant le lien entre le surpoids et la gravité de la maladie ne sont pas complètement élucidés mais il est probable qu’ils soient multifactoriels, explique le Pr Jourdain.

« Une partie de l’explication est surement mécanique. L’insuffisance respiratoire restrictive des patients obèses peut les rendre plus sensibles à une pneumonie parce qu’ils ont une cage thoracique « comprimée » par la graisse. Aussi, ils ont souvent un abdomen proéminent qui peut gêner la course du diaphragme. Mais, en parallèle, on sait que l’obésité sévère et la graisse, notamment, peuvent s’accompagner d’un état inflammatoire chronique avec sécrétion de cytokines. Cet état inflammatoire chronique pourrait faire le lit d’une inflammation sévère provoquée par le virus. Les médiateurs impliqués sont surement nombreux et il faut continuer à les rechercher », explique-t-elle.

Les patients COVID-19 souffrant d’obésité sévère doivent être surveillés de plus près et protégés Pr Jourdain
In Medscape

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s