#Les recommandations sanitaires pour les voyageurs 2020

Postado em

Saint-Maurice, France– La mise à jour 2020 des recommandations sanitaires pour les voyageurs a été publiée par Santé Publique France[1].

Plusieurs nouveautés par rapport aux recommandations aux voyageurs de 2019 sont à signaler, notamment la prise en compte des recommandations de la HAS sur les vaccinations, le rappel sur les conditions d’utilisation de la chloroquine, les dangers liés aux préparations à base d’Artemisia, les risques liés aux tiques et animaux autres que les arthropodes…).

Trois points sont mis en exergue :

-conformément aux recommandations de l’OMS, pour certains pays où Plasmodium vivax est très présent, il peut être justifié dans des conditions de forte exposition, en dehors de l’utilisation de la chloroquine, de prescrire d’autres antipaludiques ;

-une carte épidémiologique de la rage a été ajoutée afin d’éclairer la recommandation de vaccination préventive pour les pays à ” haut risque ” ;

-un encadré regroupant les recommandations pour les femmes enceintes ou qui allaitent (et qui voyagent) a été ajouté (p70). Il contient des informations sur les précautions à prendre avant le voyage, les risques liés au transport et les recommandations vaccinales spécifiques à cette population.

A noter que le Covid-19 ayant émergé après la rédaction des recommandations par le Haut Conseil de la Santé Publique, les nouvelles recommandations aux voyageurs ne contiennent pas de chapitre sur la pandémie. Les avis du HCSP sur le Covid-19 peuvent être retrouvés en ligne.

Concernant la partie vaccination, on peut noter :

  • Choléra : le vaccin Dukoral®, seul vaccin dirigé contre Vibrio cholerae (vibrion cholérique) sérogroupe O1 disposant d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) est à nouveau disponible en France depuis le 2 mars 2020.
  • Encéphalite japonaise : le tableau des pays à risque de transmission a été mis à jour.
  • Fièvre jaune : le tableau des obligations et recommandations vaccinales selon les pays a été mis à jour.
  • Grippe saisonnière : le vaccin trivalent Influvac® a été ajouté, ainsi que le nouveau vaccin quadrivalent Flucelvax tetra® produit à partir de virus inactivés cultivés sur culture cellulaire et qui devrait être disponible pour la saison grippale 2020-2021. De plus, il est précisé qu’à compter de la saison 2020, compte tenu de l’épidémiologie particulière observée depuis plusieurs années à Mayotte, la campagne de vaccination antigrippale y sera calquée sur celle de l’hémisphère nord et utilisera les mêmes vaccins. Elle devra être initiée précocement, idéalement en septembre, dès la mise à disposition des vaccins.
  • Poliomyélite : le chapitre a été mis à jour.
  • Rage : le chapitre a été complété, notamment par des informations sur le mode de transmission et la prise en charge immédiate en cas d’exposition suspectée ou avérée : quel que soit le statut vaccinal pré-exposition, lavage de la plaie 15 minutes à l’eau et au savon, désinfection et consultation dans les meilleurs délais en vue d’une prophylaxie post-exposition (PPE). Une carte épidémiologique de la rage a également été ajoutée afin d’identifier les pays à « haut risque » concernés par la recommandation de vaccination préventive.
  • Rougeole : en cas de voyage en pays d’endémie, il est recommandé que les personnes nées avant 1980 non protégées contre cette infection (sans antécédent connu de rougeole ou non vaccinées antérieurement) reçoivent 1 dose de vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) avant le départ (et non plus 2 doses).
  • Tuberculose : seul le vaccin BCG AJ Vaccines® (anciennement dénommé BCG SSI) est désormais disponible (dans les centres de vaccination, les services de PMI et les Centres de lutte contre la tuberculose). Il est précisé que ce vaccin vivant atténué bactérien peut être administré le même jour, dans des sites d’injection différents, que les vaccins inactivés ou vivants viraux atténués ou avec n’importe quel intervalle. Il est recommandé de n’effectuer aucune autre vaccination dans le bras utilisé pour la vaccination BCG pendant au moins 3 mois en raison du risque de lymphadénite régionale.
  • Vaccins vivants : ils peuvent être administrés de manière simultanée mais il est précisé que ce doit être dans des lieux d’injection différents. Si l’administration des vaccins fièvre jaune et Rougeole-Oreillons-Rubéole n’est pas simultanée, il est préférable de respecter un délai minimum d’un mois entre les 2 vaccins. Cependant, en cas de départ imminent en zone d’endémie amarile, les vaccins fièvre jaune et rougeoleux (vaccin trivalent ROR) peuvent être administrés à n’importe quel intervalle.

Cet article a été initialement publié sur univadis.fr du réseau Medscape. Adapté par Aude Lecrubier.

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s