Coronavirus : une appli serait capable de repérer l’infection en analysant la toux

Postado em

Etats-Unis — Une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a développé une appli mobile qui serait capable de repérer les patients infectés par le SARS-CoV-2 grâce aux caractéristiques audio de leur toux.

Toux forcée

Le repérage des personnes infectées par le SARS-CoV-2 reste difficile lorsqu’elles sont asymptomatiques. La politique consistant à tester tout un chacun régulièrement ne semblant pas d’actualité…

Un problème sans solution ? Pas si l’on en croit une équipe de chercheurs du MIT. D’après Jordi Laguarta et ses collègues, la solution pourrait venir de l’intelligence artificielle (IA).

L’application qu’ils ont mise au point serait capable de dire si oui ou non la toux d’une personne est caractéristique de l’infection au SARS-CoV-2. Pour cela, il suffit que la personne se force à tousser et enregistre sa toux via l’appareil sur lequel il a téléchargé l’application (smartphone, ordinateur, tablette…)

L’analyse algorithmique qui s’ensuit déboucherait sur un diagnostic affichant une sensibilité de 98,5 % et une spécificité de 94,2 %, d’après l’article publié par la revue IEEE Open Journal of Engineering in Medicine and Biology.

« La mise en œuvre de cet outil pourrait réduire la propagation de la pandémie si tout le monde l’utilisait avant d’entrer dans une salle de classe, une usine ou un restaurant », affirme le co-auteur Brian Subirana dans un communiqué de presse.

70 000 échantillons

Avant même la survenue de la pandémie, plusieurs équipes de chercheurs avaient mis au point des algorithmes permettant de détecter des maladies comme la pneumonie ou l’asthme au moyen d’une toux forcée.https://9be9ac0bc012c21ab2621349722f4d22.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-37/html/container.html

L’équipe du MIT a élaboré des modèles mathématiques visant à identifier spécifiquement les patients atteints de maladie d’Alzheimer sur base de leur toux. Cette forme de démence affecte notamment les cordes vocales, au travers de modifications neuromusculaires.

Jordi Laguarta et ses collaborateurs ont utilisé ces données pour vérifier si l’IA pourrait détecter les anomalies de la toux et suggérer également d’autres diagnostics.

En avril, ils ont entrepris de recueillir des données sur la toux forcée, tant auprès de volontaires en bonne santé que de patients infectés par le SARS-CoV-2. Tous les participants à l’étude ont enregistré leur toux via un smartphone, une tablette ou un ordinateur et ont envoyé leurs fichiers audio vers un site web dédié. Ils ont également rempli un questionnaire portant sur leur symptomatologie éventuelle, qu’ils aient ou non subi un test de dépistage du SARS-CoV-2. À ce jour, les chercheurs ont recueilli des données portant sur plus de 70.000 échantillons.

Sensibilité et spécificité élevées

Dans un premier temps, les chercheurs ont vérifié s’il était possible de différencier les patients au moyen de biomarqueurs acoustiques. Ils y sont effectivement arrivés en se basant sur l’algorithme élaboré pour la maladie d’Alzheimer.

Les auteurs attribuent cette capacité discriminante à des modifications marginales qu’entraine l’infection par le SARS-CoV-2 au niveau des voies respiratoires, des poumons et – surtout – des muscles en jeu.

L’outil a été ensuite alimenté par 4.256 fichiers audio provenant de volontaires en bonne santé et de patients infectés. 1.054 autres enregistrements ont été introduits dans l’algorithme pour déterminer dans quelle mesure les patients Covid-19 asymptomatiques peuvent être identifiés par leur toux forcée.

Lors de la validation chez les personnes ayant déclaré leur résultat de test SARS-CoV-2, le modèle a affiché une sensibilité de 98,5 % et une spécificité de 94,2 %. En examinant uniquement le sous-groupe de patients asymptomatiques, les chercheurs ont calculé une sensibilité de 100 % et une spécificité de 83,2 %.

Vers une appli gratuite

Les auteurs affirment que leur outil n’est pas destiné à diagnostiquer la maladie chez un patient symptomatique. Son intérêt réside plutôt dans la reconnaissance des patients asymptomatiques, pour les diriger ensuite vers un médecin.

L’équipe du MIT travaille actuellement avec une entreprise sur le développement concret d’une application gratuite et basée sur leur modèle.

Des échantillons audio supplémentaires seront également recueillis dans les hôpitaux.

L’objectif final, en installant une telle application dans les appareils munis de micros et en offrant une analyse en ligne, est de permettre à chaque personne de recevoir automatiquement – et idéalement au quotidien – une évaluation de son statut infectieux. En théorie, cette application pourrait fonctionner continuellement, en arrière-plan.

L’étude comporte cependant quelques faiblesses. L’une d’entre elles tient dans le fait que les personnes testées déclaraient elles-mêmes le statut de leur test Covid, et que ces informations n’étaient pas (toujours) vérifiables.

Jori Laguarta, Brian Sulinara, Michael van der Heuvel et le docteur Claude Leroy déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt financier avec le sujet évoqué dans l’article.
L’étude a été financée par Takeda Pharmaceutical Company Limited.

Cet article a été initiallement publié sur Medscape.de sous le titre KI erkennt Corona-Infektion am (erzwungenen) Husten – sogar bei asymptomatischen Patienten. Traduit et adapté par le Dr Claude Leroy.LIENS

Actualités Medscape © 2020 WebMD, LLC

Citer cet article: Coronavirus : une appli serait capable de repérer l’infection en analysant la toux – Medscape – 10 nov 2020.

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s