Un complément alimentaire pour les cheveux « vraisemblablement » associé à des hépatites aiguës

Postado em

Paris, France—Des signalements d’hépatites aiguës « vraisemblablement » liées à la consommation du complément alimentaire Chewable Hair Vitamins®, ont mené l’Anses à recommander aux femmes sous contraception orale de ne pas consommer ce produit[1].

Commercialisé par la société HairBurst, le produit est un complément alimentaire, sous forme de gommes à mâcher, utilisé notamment pour la vitalité des cheveux, indique l’Anses dans un communiqué.

Deux jeunes femmes hospitalisées

L’alerte de l’Anses suit deux signalements reçus en 2019 dans le cadre de son dispositif de nutrivigilance.

Deux femmes, de 29 et de 36 ans, sans antécédents médicaux, ont été victimes d’hépatites aiguës menaçant le pronostic vital et ont dû être hospitalisées. L’une d’elles a dû recevoir une greffe du foie en urgence. Toutes les deux prenaient un contraceptif oral.

Selon l’Anses, la responsabilité du complément alimentaire est « très vraisemblable ».

Plusieurs hypothèses pourraient expliquer cette toxicité :

  • un effet complexe de la combinaison des nombreux ingrédients du produit ;
  • une éventuelle contamination ou adultération, c’est-à-dire un ajout d’une substance de façon frauduleuse ;
  • une interaction avec d’autres substances, notamment celles contenues dans les contraceptifs oraux.

Les experts de l’Anses relèvent que, dans ces deux cas cliniques, le même contraceptif (un progestatif : le désogestrel) était pris de façon concomitante avec le complément alimentaire Chewable Hair Vitamins®. Ils n’excluent donc pas une possible interaction.

Selon la base de données publiques des médicaments, il n’a pas été rapporté d’effets indésirables du désogestrel sur le foie. En revanche, les éruptions cutanées figurent parmi la liste des effets indésirables possibles.

La littérature signale toutefois que le désogestrel[2] et certains compléments alimentaires à base de vitamines et minéraux[3] pourraient inhiber le cytochrome CYP1A2 or des auteurs ont suggéré qu’une baisse d’activité de ce cytochrome pourrait être associée à un risque d’hépatite[4] .

Recommandations de l’Anses relatives à la consommation de compléments alimentaires :

  • Signaler à un professionnel de santé tout effet indésirable survenant suite à la consommation d’un complément alimentaire.
  • Respecter les conditions d’emploi fixées par le fabricant.
  • Eviter des prises multiples, prolongées ou répétées au cours de l’année de compléments alimentaires sans avoir pris conseil auprès d’un professionnel de santé (médecin, diététicien…).
  • Etre très vigilant vis-à-vis des allégations abusives.
  • Etre très vigilant quant à l’achat de produits vendus dans les circuits non traditionnels (internet, salles de sport…) et sans conseil individualisé d’un professionnel de santé.

Actualités Medscape © 2020 WebMD, LLC

Citer cet article: Un complément alimentaire pour les cheveux « vraisemblablement » associé à des hépatites aiguës – Medscape – 27 nov 2020.

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s